Noeux Environnement

Le suivi social

Typologie du public accueilli dans la structure Nœux Environnement

  • Demandeurs d’emploi de longue durée inscrits ou non à Pôle Emploi
  • Demandeurs d’emploi inscrits ou non à Pôle Emploi
  • Hommes ou femmes
  • Bénéficiaires du RSA sans emploi depuis plus d’un an ou moins d’un an.
  • Personnes suivies dans le cadre d’un OEG, d’un PARI…
  • Jeunes (moins de 26 ans)
  • Jeunes en suivi Mission Locale (dans le cadre de CIVIS par exemple)
  • Jeunes en difficulté (rupture familiale, sans logement, problèmes de santé…)
  • Allocataires des ASS
  • Personnes en suivi judiciaire
  • Demandeurs d’Emploi de plus de 50 ans
  • Demandeurs d’Emploi de moins de 50 ans
  • Travailleurs Handicapés

 

Capacité à mettre en place des actions en vue de résoudre les problèmes périphériques

Repérage des problèmes périphériques

Les difficultés rencontrées par le public accueilli jusqu’à présent dans la structure.

  • La mobilité
  • L’hygiène / La présentation
  • Le manque de qualification
  • La mauvaise orientation scolaire
  • La situation d’illettrisme
  • Les conduites additives
  • Les problèmes de santé
  • La recherche de logement
  • Les problèmes familiaux
  • Les démarches administratives
  • Les problèmes de justices: sursis mis à l’épreuve, libération conditionnelle, placement sous surveillance électronique (suivi par un conseiller d’insertion et de probation,…).

 

Moyens mis en place pour remédier aux freins à l’emploi

Dans la démarche d’accompagnement social, des actions et des outils « internes » sont mis en place afin d’engager la résolution du « problème » rencontré.

Tout d’abord l’écriture d’un règlement intérieur en concertation avec l’ensemble des personnes en parcours d’insertion. Cet outil permet de cadrer les limites à respecter et la conduite à avoir au sein de la structure. Il a permis aussi à chaque salarié de donner son point de vue, de s’exprimer en groupe et de se sentir impliqué. Les valeurs de respect  des autres, de la hiérarchie, du matériel, des locaux, des lois, des règles de sécurité sont ainsi abordées.

Pour certain, dans le cadre du dispositif régional de formation des 100 heures, des remises à niveau en lecture, en écriture, en calcul sont possibles. Certains modules permettent de travailler l’expression.

Le contrat de travail qui lie la personne à la structure lui permet de rétablir des repères et des engagements réciproques quand ces valeurs ont été effacées par une cellule familiale inexistante ou déstabilisante.

Le partenariat établi sur le territoire, entre de nombreuses structures, permet d’orienter le public accueilli pour accéder à de l’information quant à sa situation :

  • Comment louer une mobylette, où et à quel tarif ?
  • Comment faire le point sur ma retraite ?
  • Qu’est-ce qu’une VAE ?
  • Comment monter un dossier FSL ?
  • Vers quelles structures m’orienter pour les demandes de logement ?
  • A qui m’adresser pour résoudre des problèmes locatifs ? (en cas de litige avec le propriétaire ou les voisins…)
  • Ai-je droit à telle ou telle aide ? Où m’adresser ?à qui demander ?
  • Comment obtenir le financement de ma formation ?

Formalisation du suivi et de l’accompagnement social

Le recrutement

Cette phase constitue le premier contact entre la structure et le salarié potentiel, elle est donc capitale. Cette première approche passe par une offre d’emploi qui peut être diffusée à la fois sur le site de Pôle Emploi, mais aussi transmise aux partenaires (référents RSA, référents PLIE, travailleurs sociaux…). Le libellé de l’offre d’emploi se veut être le moins restrictif possible ; c’est-à-dire que quelque soit le profil du candidat il peut se sentir concerné. En effet, il ne doit pas être interprété comme la recherche d’un spécialiste dans les techniques de gestion de milieux naturels. Voir en annexe le document intitulé ‘offre d’emploi’.

Dès le recrutement, la démarche d’accompagnement se met en place. Tout d’abord par un premier contact, téléphonique, qui permet de vérifier les critères d’éligibilité mais aussi et surtout d’expliquer à la personne intéressée par le poste, les particularités du contrat proposé. Ce premier contact permet également de jauger sa motivation.

Lors de l’entretien de recrutement il est possible de répondre à la question suivante « est-ce que la structure peut faire avancer la personne dans son projet établi, ou à établir ? Est-elle d’accord ? ».

La place de l’entretien

La conduite de l’entretien d’accueil et des entretiens suivants est indispensable pour établir un diagnostic et consigner les informations écrites ou orales, tout en respectant les règles de confidentialité. Cette première phase d’accompagnement permet d’instaurer une relation de confiance nécessaire à l’encadrante sociale pour mener à bien sa mission. Cela permet d’analyser les besoins et les attentes de la personne en parcours d’insertion de manière à l’appréhender dans sa globalité. Il permet à l’animatrice sociale d’identifier les situations d’urgence et de réagir en conséquence.

Lorsque le contrat de travail est signé, un premier entretien permet de redéfinir les objectifs de la structure mais surtout de faire émerger les objectifs à atteindre pour le salarié ; qu’ils soient d’ordre social ou professionnel.

Au cours de ce premier entretien, il est présenté au nouveau salarié les outils internes : comme entre autre, le carnet de bord (voir annexe intitulée carnet de bord) qui permet de consigner le parcours antérieur de la personne, de l’inciter à réfléchir à son projet professionnel et de prendre conscience, le cas échéant, de ses lacunes pour atteindre cet emploi (formation, mobilité, technique de recherche d’emploi : suivi, relance…).

L’entretien suivant assez rapproché dans le temps (2 semaines environ ou avant si le salarié le souhaite), permet d’évaluer les difficultés de compréhension rencontrées ; certains vont ainsi révéler la nécessité d’une remise à niveau des savoirs de base, d’autres en revanche auront besoin d’un soutien et d’un suivi lié à leurs candidatures.

Au cours du 2ème mois un entretien permet de valider ou d’invalider les objectifs définis initialement et de faire le point avec le salarié, par écrit sur ce qu’il a fait ou pas.

Au cours du 5ème mois un entretien – bilan avec les encadrants (technique et sociale) et le directeur permet de discuter en présence du salarié, du renouvellement de celui-ci.

A noter que ce calendrier d’entretiens permet le suivi et la validation des objectifs. D’autres entretiens s’intercalent et peuvent être réalisés à la demande du salarié ou de l’encadrante sociale.

En effet, des éléments nouveaux : perte du logement, divorce, maladie… peuvent modifier les objectifs prioritaires de l’accompagnement. Par souci de clarté et de transparence, un calendrier permanent consignant les différents entretiens permet de visualiser les parcours individuels. Celui-ci est affiché dans le bureau de l’encadrante sociale.

Les outils d’évaluation et de validation des problématiques sociales

Une fiche d’objectifs (voir annexe intitulée fiche d’objectifs) est co-remplie avec l’encadrante et le salarié de façon à baliser le chemin à parcourir avant de franchir chaque étape. Cet outil peut consigner des problématiques uniquement d’ordre social selon la situation du salarié. Compléter ce document nécessite de déceler les situations d’urgence et de les traiter en lien avec les ressources du territoire.

Le carnet de bord, décrit succinctement ci-dessous est surtout un document navette entre les démarches réalisées par le salarié en terme de recherche d’emploi et l’encadrante sociale. Il permet avant tout d’éviter l’abus inutile de  prestations de type BC, OEG, atelier TRE etc. Mais aussi de vérifier que la personne se repère dans le temps par rapport à son parcours professionnel et la restitution qu’elle en fait en terme de compétences.

Le comité de pilotage se déroule tous les quatre mois. Celui-ci permet aux partenaires sociaux, de se réunir pour faire le point sur l’avancée des parcours de chaque salarié en contrat aidé. Ces temps d’échanges permettent de mutualiser les informations afin de faire progresser les situations individuelles. Pour ce faire, sont invités : les représentants de Pôle Emploi, du PLIE, du Conseil Général, des MDS, des CCAS et de la DDTEFP principalement.